Dans l’article précédent, j’ai apporté quelques subtilités sur le concept de la persévérance en affaires. Vous vous rappelez l’adage « les pendants ne gagnent jamais et les gagnants n’abandonnent jamais ». Cet énoncé est souvent répété dans les présentations qui se retrouvent un peu partout dans les médias sociaux et sur le web. Dans certain cas, persister, à quoi bon. Voyons cela de plus près.

Poussée à l’extrême, cette mentalité ou philosophie très répandue pourrait avoir des effets un peu dangereux sur vous.

Les outils pour aider dans la persévérance en affaires

Une question m’est souvent posée par mes coachés/mentorés; « Louis quand il est bien d’envisager de quitter ? Ou à quel moment, il vaudrait mieux persister ? »

Vous vous en doutez, il n’y a pas de réponse toute simple que l’on peut résoudre par une équation mathématique ou avec une boule de cristal.  

Il y a des approches qui me font un peu sourire comme ‘’En étant persévérant, vous aurez ce que vous voulez’’. C’est un peu comme une loterie qui apporte spontanément la richesse tant convoitée par la majorité.

Par exemple, la pensée positive, la prière, les neuvaines, un tableau de vision, et bien d’autres encore. Je ne les repousse pas, au contraire. Ce sont des outils pour rester concentré et aussi pour vous soutenir psychologiquement dans votre croyance de réussite. Ces approches ne feront pas une garantie de succès de votre parcours, ni personnel, ni professionnel. C’est à vous de mettre de l’avant les actions pour parvenir à vos fins et vous aider à persister. 

Pour réellement gagner à la loterie comme ailleurs, vous devriez jouer !

Combien de personnes se sont fait une idée d’une vie à deux qui s’est transformée au fil du temps, peu importe la raison, en un enfer sur terre. Dans certains cas, il vaut mieux lâcher prise que de poursuivre dans l’impasse et finir par se détruire mutuellement.

Sachez que dans votre cheminement, tôt ou tard, vous devrez abandonner certaines choses pour vous libérer et persister sur d’autres.

Que faut-il faire pour avoir du succès en affaires?

Persister, bonne attitude
Bonne attitude, persister, entrepreneur, Thomas Edison, Walt Disney, succès, ténacité, objectif

Jack Dorsey et Evan Williams avaient créé une compagnie surnommée Odeo, une plateforme de Poscasting. Au moment où Apple a sorti ITune, ils ont quitté Odeo. WOW. On pourrait croire qu’ils ont fui au moindre signe du grand Goliath Apple. Détrompez-vous, ils ont reparti un réseau social de microblogage : Twitter. Aujourd’hui, l’entreprise représente une valeur d’environ 44 milliards en 2021.

Dans l’article précédent, je vous ai mentionné des histoires de persévérance en affaires. Mais que dire de Thomas Edison et son ampoule électrique.

Puis de Walt Disney qui avait mis sur pied, entreprise Laugh-O-Gram Studio, les premières versions de dessins animés, de courts métrages inspirés de contes de fées. Combien de fois a-t-il fait face aux rejets et à des revers de fortune, dormant dans le bureau et prenant un bain à la Gare Union de Kansas City, Missouri ? C’est d’une ténacité extrême me direz-vous !

Et que dire du Colonel Sanders qui a persisté, été constant et indéfectible.  On raconte qu’il dût essayer 1 009 fois avant de convaincre un établissement d’investir dans sa recette. Il sillonnait les États américains en voyageant et dormant à bord de son Ford 1946.

Ces entrepreneurs n’ont pas quitté la bonne chose, celle qui a fait leur succès. Cependant, en cours de route, ils ont quitté une foule de mauvaises choses durant leur parcours, incluant tout ce qui s’y rattachaient et qui les auraient empêchés d’atteindre leur objectif.

5 questions pour trouver la bonne dose dans votre persévérance en affaires !

Vous le savez déjà, pour être couronné de succès, cela demandera un travail difficile, du temps, des efforts comme ces histoires le révèlent. Vous devez mordre dans ce qui est la bonne chose. Et cette chose, c’est ce qui vous tient à cœur et avoir le courage d’arrêter de faire ce qui vous freine et brise votre élan.

Je vous propose 5 questions pour évaluer vos choix :

1- Est-ce que ce que vous faites, vous le faites parce que vous pensez que c’est ce que vous devrez faire ?

Le faites-vous pour satisfaire vos parents, votre groupe d’amis (vos pairs)? Est-ce qu’ils ont des attentes envers vous qui vous influencent dans l’identification de vos choix? Subissez-vous la pression des médias sociaux ou vous conformez-vous à une idée véhiculée dans la société?  Sans vous soumettre à une grande introspection, demandez-vous si ce que vous faites, vous le faites vraiment pour vous.

Est-ce que ce ne seraient pas des choix empruntés chez quelqu’un autre? Vérifier bien que ce n’est pas une programmation ou une projection qu’on a faite sur vous. Si c’est le cas, je pense que vous devriez envisager sérieusement de quitter cette option. Dites-vous bien que, la persévérance en affaires peut avoir un bout.

2- Êtes-vous rendus au point où vous n’aimez vraiment plus ce que vous faites ?

Vous en avez assez, ça déborde et c’est au point de non-retour? Il y a des jours où on se sent exaspéré. Vous savez quand tout va de travers.  Si au fond de vous-même, après avoir tenté de vous recentrer sur ce qui vous tient à cœur, et ce, depuis un moment déjà et il n’y a plus de feu sacré, il est temps de vous raviser. Ce n’est plus le temps de persister, c’est le temps de partir. Cela m’est arrivé, je vous rassure. Allez-y quittez. La vie est trop courte pour la dépenser à rester malheureux.

3- Est-ce que votre idée ou votre concept a du potentiel commercial ?

Un business n’est pas juste un travail et surtout pas un jeu. Il faut que vous puissiez créer un volume d’affaires assez intéressant.  Si les investisseurs ne veulent pas investir, que les clients ne veulent pas acheter et qu’en plus les employés ne s’impliquent pas ou qu’à moitié, alors, vous devriez conclure qu’il serait temps d’envisager autre chose. Dans certains cas, peu importe la quantité d’énergie et la persévérance que vous déplorez, quitter est la meilleure chose à faire. Il y a des entrepreneurs qui croient en leur projet, mais personne d’autre ne s’y intéresse. Vous devriez peut-être quitter !

4- Est-ce que vous avez investi de l’argent, beaucoup d’argent et de temps, et vous perdez de plus en plus ?

Pour réussir à dégager un tout petit profit, vous calculez que vous devriez encore vous investir et injecter des sommes très substantielles, le jeu en vaut-il la chandelle? Est-ce que vous continuez pour ne pas perdre la face?  C’est un bon moment pour conclure que c’est une mauvaise idée et c’est le temps de tirer votre révérence. Rappelez-vous que vous êtes marié avec les résultats recherchés, pas avec votre business. Si les résultats attendus ne sont pas au rendez-vous, arrêtez de vous mutiler ; quittez cette entreprise. Créer autre chose, un point c’est tout.

5- Est-ce que la peur vous envahit ? La plus grande raison à prendre en compte, c’est la peur.

La peur de ce que les autres penseront de vous.

La peur des dommages que cela aura sur votre réputation de gagnant que vous cherchez à projeter.

Pour finir, la peur de souffrir et d’écorcher votre égo.

Débarrassez-vous de ce fléau mental. Ayez la force de passer à autre chose. C’est dévastateur de rester dans cet état d’esprit.

Une expression québécoise dit « Tombez, c’est humain, se relever c’est divin, mais rester par terre, c’est vraiment sans-dessein ».

Il n’y a pas de honte à abandonner. Au contraire, en abandonnant, on ouvre la porte à de nouvelles possibilités. C’est le moment de repartir à neuf ! Avoir le courage de fermer une porte permet d’entrouvrir une autre porte pour un nouvel avenir. 

Maintenant, vous avez un cadre de réflexion assez clair pour faire un choix en tant d’entrepreneurs.

Quand c’est le temps de quitter, c’est le temps de dire : GO!

Si vous cherchez un appui dans votre situation, il n’y a pas de gène à demander de l’aide. C’est dans cette situation que l’oreille attentive d’une personne expérimentée en affaires fait toute la différence, un coach-mentor sera d’un grand secours.

Je vous encourage à faire le premier pas vers une ressource fiable. Vous pourrez ainsi discuter et analyser si votre persévérance en affaires est bien ou cache autre chose.